"Notre innovation va permettre d'effectuer trois tests que l'industrie cosmétique ne pe


LE PARISIEN - Et si certains invertébrés, exclus par l'interdiction européenne, étaient mis à contribution ? Pour la jeune start-up française Celescreen, cette idée n'a rien de saugrenue. Celescreen compte mener des tests sur un ver de terre, C. elegans, doté du mécanisme d'absorption et d'élimination des molécules similaire à l'homme, grâce à une coque chimique agissant comme un leurre pour faire croire au ver qu'il mange sa nourriture préférée, afin d'obtenir un taux d'absorption de 100%. "Notre innovation va permettre d'effectuer trois tests que l'industrie cosmétique ne peut plus faire sur la souris: la toxicité de la reproduction, la toxicité sur le foetus et la toxicité chronique", affirme Camille Hetez, la présidente de Celescreen, qui vise une commercialisation fin 2016.

Pour lire l'article complet, cliquez ici.

Portraits de créatrices
Posts récents

Créatrices d'Avenir est organisé par Initiative Ile-de-France

 

Pour toute information :

contact@creatricesdavenir.com

01 44 90 87 00